5. deux héros africains

Les deux chapelles transmettent chacune l’histoire de deux enfants du pays, contemporains, qui sont devenus des héros  de l’histoire de l’Afrique.

Elles présentent aussi la particularité d’avoir reçues des peintures intérieures du même peintre Cor van Geleuken, qui peignit aussi l’église paroissiale de Cessieu, le tout bénévolement, par amour de son art et du bon Dieu.

I. Les deux héros africains

* le P. Camille Bel, révéré dans l’actuel Benin comme « le saint du Dahomey »


* le P. Noché qui posa la première pierre de la cathedrale du pays le plus pays peuplé d’Afrique : le Nigéria, 180 millions d’habitants. La chapelle de la Salette fut érigée pour accueillir sa dépouille.


Le souvenir de ces personnes : Un clic vous permet de lire l’article dans une nouvelle fenetre. Avec des extraits des testaments, photos des missionaires, un résumé de leur vie, etc.

II. Les fresques de Cor van Geleuken

DSC05421 (Copier) DSC05420 (Copier) DSC05419 (Copier) DSC05418 (Copier) DSC05417 (Copier) DSC05416 (Copier) DSC05415 (Copier) DSC05414 (Copier) DSC05189 (Copier)

 


IV. Histoire du bâtiment de la chapelle de la Salette

Fondée en 1864, sur les ruines de la Maison Forte du Chatelard, afin de donner sépulture au P Noché, évangélisateur du Nigeria, elle accueille les sépultures des trois artisans de son érection, les père et mère du P Noché et son oncle le chanoine Crochat. La dépouille du P. Noché ne sera rapatriée qu’en 1870 et repose au cimetière.

Etonnamment cette origine est complétement oubliée dés les années 1920, le P. Noché fait pourtant partie de l’histoire de l’Afrique. Lors des premiers travaux de restauration de la chapelle St Joseph on explique même que les corps enterrés dans la chapelle de la Salette datent d’avant la Révolution Française…

La chapelle de la Salette fut principalement utilisée, outre la dévotion privée, lors de la fête annuelle de l’apparition de la Salette.

Restaurée au XXème grâce au curé Vaudaine, puis reprise au XXIème, le bâtiment porte la trace d’au moins quatre époques successives d’après l’expertise de M. Alain de Montjoye [clic]

Propriété privée de la personne publique, la chapelle est gérée par l’AEP qui se charge d’en assurer l’entretien, la conservation, l’animation, ainsi le 20 septembre 2014 une plaque fut inaugurée en souvenir du Curé Vaudaine : article et video cliquer ici.

V. Chronique des pélerinages à la chapelle de la Salette par le curé Micoud-Terrier veuillez cliquer pour lire l’article.

Le curé Micoud-Terreau nous en fait une présentation dans une de ses chroniques, dont voici les grandes lignes :

Le corps du bâtiment n’est pas de construction récente, en 1658, il existait déjà dans sa forme actuelle. Rien n’a été changé, sinon les ouvertures. Les belles poutres que l’on y voit, les jolies solives du plancher supérieur remontent à cette époque. M. le chanoine Crochat n’a fait que transformer l’intérieur en chapelle, aménager les deux chambrettes qui sont au nord, et construire le clocheton.
[…]
Pour se convaincre de l’ancienneté de l’édifice, on n’a qu’à regarder ses vieux murs, épais, lézardés, faits avec des pierres mises sans ordre. Autrefois, on visait surtout à la solidité. M. Crochat a eu l’excellente idée de ne pas vouloir les rajeunir en les faisant enduire d’un plâtrage quelconque. Ce cachet d’antiquité va très bien à la chapelle.
La transformation en chapelle date de 1865.
Dans le Registre de Baptêmes de cette année on peut lire :
« L’an 1865, le 11 septembre, a été baptisée Alexandrine-Mathilde. » Or Alexandrine-Mathilde n’est autre chose que la cloche de la chapelle de la Salette. Elle eut pour parrain M. Albert Bonnard et pour Marraine Mme Mathilde Blanchet devenue plus tard Mme Mathilde Chevalier.
Le lendemain ce fut grande fête dans la paroisse. M. le chanoine Debut, Vicaire Général et Supérieur du Rondeau, assisté de M. l’abbé Vigne, directeur du Petit Séminaire, au milieu d’un magnifique concours de paroissiens, bénissait la chapelle et y célébrait la sainte Messe pour la première fois.

Bulletin cantonal de La Tour du Pin, septembre 1929, 4eme année, n°11, p. 15, 16.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :